Pour pouvoir visualiser son contenu vous avez besoin de Adobe Flash Player.

Page d'accueil Balades dans Paris La Belle Province Contact La Pension Belhomme Pension Belhomme Le Pont d'Iéna La colonne Médicis Colonne Médicis Les Balades de Louis XIV Fort Chabrol Lac des Buttes-Chaumont, 1870 Rue de la Ferronnerie Cluny Archives cyclisme Ajouts Résultats courses A A1/Ablis/Aigre A2/Aiguebelle/Airel A3/Aisne/Albens A4/Albertville/Allanche A5/Allassac/Ally A6/Ambérac/Amélie A7/Ancenis/Anduze A8/Angerville/Angy A9/Anor/Apchon A10/Apt/Araujuzon A11/Arches/Ardentes A12/Argentat/Arlanc A13/Armagnac/Arpajon 15 A14/Arques/Artix A15/Arudy/Atur A16a/Aubagne A16b/Aubagne Ville A17/Aubervilliers/Aubiet A18/Aubigné/Aubusson A19/Auchel-Audun A20/Auffay/Augignac A21/Aulon/Automne A22/Auvers/Avallon/1/Avesnes A A23/Avesnes H/Avion A24/Avord/Azérables Aa/1 Aa/2 Aa/3 Aa/4 Aa/5 Aa/6 Abbeville/01 Abbeville/02 Ablon/1 

Cluny

Charles Messier sur la Tour octogonale de l'Hôtel de Cluny

Autres balades

Tout près d'ici...

il y a aussi le Musée du Moyen-Âge

il y a aussi les Thermes de Cluny

il y a aussi l'Eglise Saint Séverin

il y a aussi la Place Saint Michel

>> CLICS si vous avez la main !

"On voyait sur la plate-forme de la tour octogone de l'hôtel de Cluny la petite logette en planche qui avait servi d'observatoire..." (Victor Hugo - Les Misérables). Avec une lunette astronomique peu performante et un télescope dont le miroir taillé dans un bloc en alliage de cuivre et d’étain s’oxydait très vite, Charles Messier passa d’innombrables nuits de sa longue vie au sommet d’une des tours de l’Hôtel de Cluny.

>> CLICS

>> CLICS

CLICS SUR PARIS

M51

Né en 1730 à Badonviller en Lorraine, il "monte" à Paris à 20 ans. Sa remarquable écriture et sa capacité à dessiner lui servent de sésame pour devenir l’assistant de . Confiné dans un premier temps à tenir des registres et dessiner des cartes, le souvenir de la contemplation de la comète de 1744 et de l’éclipse de 1748 le pousse très vite au faîte de l’observatoire de la Marine Royale créé par l’astronome à l’Hôtel de Cluny.

Il découvre seize comètes et en observe plus d’une quarantaine. Afin de ne pas confondre les objets célestes nébuleux fixes avec celles-ci, il décide d’en dresser un état. En 1759, son assiduité lui permet d'étudier le retour de la alors que les lois de la Mécanique céleste ne sont pas encore admises. Louis XV le surnomme "Le Furet des Comètes". A la mort de Joseph Delisle, en 1768, il prend sa succession.En 1774, il fait publier dans Mémoires de l'Académie des Sciences une liste de 45 objets fixes. En 1784, les astronomes du monde entier trouvent dans Connaissance des Temps un Catalogue de 103 objets recensés avec l'aide de son ami astronome à l'observatoire de Paris. A 82 ans sa vue baisse considérablement. Il décède en 1817, ayant passé ses quatre dernières années à rédiger des notes à l’aide d’une forte loupe.

235 ans se sont écoulés mais l'inventaire dressé par Messier, augmenté de sept nouvelles découvertes est toujours l'un des catalogues d'objets célestes le plus utilisé par les amateurs d'astronomie.

Joseph Delisle

Comète de Halley

Le Catalogue Messier

>> CLICS

>> CLICS

>> CLICS

Pierre Méchain



CLICS SUR LE CYCLISME